Certains jours j’ai un tigre à la place du coeur

Certains matins j’ai un tigre à la place du cœur. Il me mange les rêves. Il se fait les dents sur mon envie de vivre. Il me tue. Il sort ses griffes par ma bouche. Je ne sais pas comment m’en débarrasser. Je secoue mon tigre dans tous les sens. Je le tire par les moustaches. Je lui dis va-t’en, écraseur. Va t’en avec tes pattes de plomb. Va t’en. Je ne suis pas un paillasson. Je ne suis pas une chaise où la peine vient s’asseoir. Je n’ai pas fini de vivre. J’ai trop envie. Alors le tigre commence à se sentir inconfortable. Il desserre ses griffes. Il s’étire et change de position et ça me chamboule tout entière parce que c’est un tigre adulte qui fait quand même dans les 300 kg. Moi je ne me démonte pas et je vais au bord d’un autoroute. Je me mets juste derrière les barrières métalliques et je crie assez fort pour couvrir le bruit des moteurs que la vie passera par moi, que l’amour passera par moi, et que ce n’est pas un tigre de merde qui l’empêchera. Alors enfin tout d’un coup d’un bond le tigre s’échappe. Au risque de choquer les amis des bêtes, je souhaite à ce bel animal félin souple et sauvage de finir écrasé sous un poids-lourd, comme les lapins sanguinolents qui font des taches sur le macadam. Mais je le connais, il longera les glissières de sécurité jusqu’à la prochaine station service. J’espère quand même qu’un jour un gros camion lui roulera dessus. Qu’on en finisse avec cette histoire. Qu’on en finisse une bonne fois pour toute.

Publié par

Ana Ressouche

Ana Ressouche a fini d’hiberner et habite une maison à construire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *