D’un autre côté – Amsterdam

Pour la chanteuse Barbara Weldens qui m’a inspiré cette translation avant de disparaître. Je lui aurais fait parvenir. Elle aurait peut-être aimé.  

C’est fait pour être chanté avec une énorme énergie et une voix rugissante. 

 

Dans le port d’Amsterdam

y a des enfants qui dorment

dans les bateaux échoués

des faubourgs d’Amsterdam

 

Dans le port d’Amsterdam

y a des putains qui chantent

pour faire taire les sirènes

le long des berges mortes

 

Dans le port d’Amsterdam

y a des putains qui meurent

pleines de foutre et de larmes

aux premières lueurs

 

Mais dans le port d’Amsterdam

y a des putains qui naissent

dans le sang les caresses

et la douleur des femmes

 

Dans le port d’Amsterdam

y a des enfants qui mangent

sur des tables tremblantes

des miettes de pain blanc

ils vous montrent des yeux

A rêver sur la dune

A dormir sur la hune

A oublier le vent

 

Et ça vous prend le coeur

ces garçons et ces filles

qui s’en iront bientôt

qui rient à pleine dent

et qui vont sur la mer

pêcher les goëland

inventorier l’enfer

comme le firent leurs parents

 

Dans le port d’Amsterdam

y a des putains qui dansent

en se frottant la panse

sur la panse des hommes

et elles tournent et elles dansent

comme des soleils crachés

sur le son déchiré

d’un accordéon rance

 

Elles se tordent le cou

pour mieux s’entendre rire

jusqu’à ce que tout à coup

l’accordéon expire

Alors le geste lent

alors le regard fier

elles ramènent leurs bâtards

jusqu’en pleine lumière

 

Dans le port d’Amsterdam

y a des putains qui boivent

et qui boivent et reboivent

et qui reboivent encore

elles boivent à la santé

des marins d’Amsterdam

de Hambourg ou d’ailleurs

enfin elles boivent aux hommes

qui leur donnent la corde où se pendre

qui leur donnent des écus

des larmes aux couleurs d’or

et des enfants tous nus

 

Et elles courent jusqu’au sémaphore

elles montent au bastingage

et elles crachent comme je pleure

sur les hommes infidèles

 

Publié par

Ana Ressouche

Ana Ressouche a fini d’hiberner et habite une maison à construire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *